Je veux être le peintre « Miroir ». Miroir de la vie et de son accomplissement. Miroir de la terre et du ciel. Miroir ou tous les secrets se dévoilent sans aucune certitude sauf celle d’aimer la Vie intensément…

Caroline Degroiselle est née à Paris et, très jeune, elle s’installe à Nouméa en Nouvelle-Calédonie aux antipodes de la France. Immergée dans la chaleur et les couleurs vibrantes de son île et du lagon, Caroline y puise sa force créatrice, sa joie de vivre, la luminosité de sa palette, sa fougue d’émotion et son ampleur gestuelle. Autodidacte, cette artiste possède le charme d’une liberté qui transfigure le réel. Comme elle dit : « Je n’ai pas de règle pour la couleur et la lumière, le soleil, l’eau et le vent… ils sont juste les caresses de mon cœur» 

En 1984, Caroline offre au public calédonien sa première exposition à Nouméa. Assez rapidement les professionnels de l’art remarquent le style très personnel de ce peintre autodidacte.

Grande voyageuse, Caroline a exposé et expose régulièrement en Europe et dans le monde entier. ( Galerie Héraud, Galerie Artitude, Galerie Thuillier à Paris, Galerie Wingerter à Nançy, Art Gallery à Megève, Galerie Reva-Reva à Papeete, Galerie Printemps Ginza à Tokyo, Montserrat Gallery et Agora Gallery à New-York, Galerie Saladin à Sidi bou Said, Galerie Arte Bello et Andemic Art Gallery à Nouméa. Etc…)

Extraits de presse :

« Il y a du rythme, du souffle, de la vivacité et de l’enthousiasme dans la peinture tonique de Caroline Degroiselle. Son art témoigne d’un feu intérieur intense, d’un besoin vital de s’exprimer, dans l’authenticité d’une création toujours renouvelée… » ( Louis de Gué «  Univers des arts »)

« Pour Caroline Degroiselle, la lumière a une substance tangible, presque physique qu’elle peint dans sa matière autant que dans son atmosphère.. »

« …Dans sa peinture, on peut presque sentir la brise ébouriffer ses propres cheveux. C’est là tout l’art de Degroiselle, de non seulement transcrire les atmosphères et les aspects visuels, mais aussi de faire vivre les sensations physiques du sujet qu’elle peint… » (Stuart Leslie Myers «  Gallery and Studio »NY)